L'histoire d'une
DS au Québec!

L'aventure

Printemps 2006... Je ne connais à peu près rien des voitures, sinon comment les déneiger et les déglacer en hiver, les laver et les astiquer en été, survolter la batterie par grand froid, faire le plein d'essence, de lave-glace et, parfois, vidanger l'huile.

L'aventure commence ainsi.

L'aventure, c'est ma chronique éditoriale.

Ça promet...

Dans la liste déroulante, trouvez toutes les rubriques.

 

Le prix à payer

Ah! le prix... Mais quelle question ennuyeuse! Combien payer! Je dois trouver l'équilibre entre mon budget (assez élastique tout de même, depuis le temps que j'attends...), le juste prix du marché (en 2005, on vient de fêter le 50e de la DS et ça paraît!), la somme totale de l'achat+réparation+transport pour qu'elle roule correctement et mes capacités à faire certains travaux moi-même (mon tarif horaire est très compétitif!). Je trouve et découvre les « cotes » qui, au fond, n'ont rien à voir avec les prix du marché. Bon, pas très différent du Québec. Oublions tout de suite les cabriolets et autres Chaprons! Je ne suis pas millionnaire. Et à part ça le Québec n'est pas vraiment l'endroit idéal pour se promener cheveux au vent, chose qui me manque cruellement d'ailleurs! Et je ne parle pas du vent. Je me fixe quelques balises: elle doit être roulante, caisse hyper saine (un peu de rouille ne me fait pas peur, mais surtout pas de perforation), d'origine histoire d'avoir un peu de boulot, et surtout, surtout, pas de fuite hydraulique!

Ce qui m'amène à penser, tout ça en même temps, au coût du transport. Je contacte donc quelques transitaires (c'est ainsi qu'on appelle ces gens qui s'occupent de ce type de transport international, une autre chose que j'apprends...) au Québec et outre-mer. Il y a deux types de transport maritime: le « ro-ro » ("roll-on/roll-off" qui consiste à « rouler » la voiture sur le bateau et la faire ressortir de la même manière) et par conteneur. Le ro-ro serait avantageux si ce n'était du fait que je suis à plus de 1 000 km du plus proche port canadien qui accueille ce type de cargo, Halifax en Nouvelle-Écosse. Ouf...! En conteneur, Marseille ou Le Havre - Montréal, c'est pas donné (presque le double du ro-ro). Les tarifs « porte-à-porte » oscillent entre 3 600 et 5 200 $ (2 400 et 3 500 €). Au kilomètre, c'est le transport routier qui coûte le plus cher. J'ai donc intérêt à ne pas lésiner sur la qualité de la voiture parce que transporter une épave coûterait le même prix.

Importer une voiture de la France
au Québec ou le « Reel du pendu » !

Pas un « réel », un «reel » ! Savez-vous ce que c'est un« reel »? C'est une danse dont la mélodie peut ne jamais finir... Vous me voyez venir? Et le « Reel du pendu » c'est ça :

La maison de fous dans « Les douze travaux d'Astérix », ça vous dit quelque chose?

Je pense que parler à un fonctionnaire est une aventure universellement pénible. Sauf le respect que je leur dois (il ne faut surtout pas les mettre tous dans le même bateau...), j'ai la nette impression qu'il faudrait que je sache de quoi je parle avant même de savoir. En d'autres termes, les gens des divers paliers de gouvernements à qui j'ai parlé (fédéral et provincial) m'ont toujours donné l'impression que j'aurais dû connaître la réponse avant de les appeler.

  • Mais monsieur, voyons, ça toujours été ainsi!
  • Non mais, comment voulez-vous que je le sache! (mer.e, en silence...) Je vous appelle justement pour ça!
  • Pas nécessaire de vous fâcher, Monsieur...
  • Je ne suis pas fâché, mais si je vous appelle, c'est parce que je veux avoir des informations précises..
  • Quelles informations, Monsieur?
  • C'est à vous de me le dire...
  • Mais comment puis-je vous aider si vous ne savez pas ce que vous voulez?
  • Et moi, comment puis-je vous dire ce dont j'ai besoin alors que c'est le motif de mon appel?
  • Mais Monsieur, vous ne m'aidez pas...
  • Parce que c'est moi qui suis censé vous aider?
  • Aidez-moi à vous aider serait la formule préférable!
  • Alors qui peut m'aider?
  • Je vais transférer votre appel à un autre département...
  • Et je vais parler à qui?
  • À Lise...
  • Lise qui?
  • Qui?
  • Son patronyme? (un 5 watts celui-là !!)
  • Inutile de vous le dire, vous ne lui parlerez qu'une fois...
  • J'aimerais bien savoir à qui je parle en ce moment...
  • Mon nom est Jacques.
  • Jacques....?
  • Inutile de vous le dire...
  • ...Je sais, je sais, je ne vous reparlerai plus...

Et ce n'est qu'une partie du boulot, parce qu'au Canada, les douanes sont de juridiction fédérale (Gouvernement du Canada), mais les véhicules et l'immatriculation de juridiction provinciale (Gouvernement du Québec). Ici donc, tout est en double et, apparemment, les réponses aussi.

Plus sérieusement, les démarches en vue de l'importation d'un véhicule au Canada ne sont pas si terribles. Ce qui l'est, c'est d'arriver à savoir qu'elles ne sont pas si terribles...

Une maison de fous, j'vous dis!

2- L'aventure

L'aventure - 4