L'histoire d'une
DS au Québec!

L'aventure

Printemps 2006... Je ne connais à peu près rien des voitures, sinon comment les déneiger et les déglacer en hiver, les laver et les astiquer en été, survolter la batterie par grand froid, faire le plein d'essence, de lave-glace et, parfois, vidanger l'huile.

L'aventure commence ainsi.

L'aventure, c'est ma chronique éditoriale.

Ça promet...

Dans la liste déroulante, trouvez toutes les rubriques.

 

Assuré, pas assuré...

Avant même que les pneus de la DS ne touche le sol du Nouveau Monde, une de mes premières préoccupations fut de me renseigner sur les démarches relatives à l'assurance d'un véhicule de collection.

Je parle ici surtout de l'assurance-responsabilité civile. Pour le lecteur (ou la lectrice) qui n'est pas familer avec les particularités du système d'assurance au Québec, vous pouvez lire la rubrique L'assurance dans L'aventure.

Durant le transport, la voiture était assurée par le transitaire. Jusque-là, pas de problème.

Quelques jours après l'arrivée du véhicule, je communique avec mon assureur. La voiture dispose d'une immatriculation temporaire (24 heures) pour pouvoir circuler jusqu'au garage où elle doit subir l'inspection mécanique (CT pour mes amis Frrançais...). Pas de problème là non plus: l'assurance est valide pour cette journée. En cas de collision, mes tôles ne seront pas assurées, mais celle des autres le seront si j'amais je les froisse (les tôles, pas les autres... vous saisissez?) ou si je détruis un balcon en tournant le coin de la rue...

Bon, vous connaissez l'histoire. La DS a été « remisée » depuis juin 2007. J'ai présumé qu'elle était toujours assurée. Puis, j'obtiens le certifcat de conformité en juin 2008. J'appelle mon assureur pour l'aviser que la DS peut maintenant rouler « légalement ». La gentille dame me dit qu'elle le note et qu'à l'instant même, je suis couvert. Première surprise: si le feu avait détruit le garage, la DS s'envolait en fumée!

Fin juin, je pars pour une semaine. Il fait un temps de canard et n'étant pas sûr de la fiabilité de la DS, elle reste au garage. Je suis à Québec, sur l'autoroute, à 225 kilomètres de chez moi. Le téléphone sonne (il me suit partout...). C'est la gentille dame de l'assurance qui m'avise que ma voiture, deuxième surprise... n'est plus « assurable », la compagnie d'assurance exigeant une expertise. J'insiste sur le mot « exige » parce l'an dernier (2007) j'avais explicitement demandé si cela était « nécessaire ».

Heureusement que je n'avais pas pris la DS... Il est illégal de rouler sans assurance au Québec.

J'ai donc dû faire expertiser la belle. Visite à domicile, quinze minutes, quelques photos, quelques commentaires de l'évaluateur et vlan!!! Tout ça pour la modique somme de 90$...!!! Et j'attends encore. Citronord se bidonne...

Dans la vie, rien n'est sûr... Même pas l'assurance!

 

7- L'aventure

L'aventure - 9