L'histoire d'une
DS au Québec!

Les dossiers

Importer une voiture Française au Canada

Le transport, maritime et terrestre

La douane: les documents, les frais et les taxes

L'inspection mécanique et le certificat de conformité

L'assurance

L'immatriculation

Les pièces Citroën

 

Le transport maritime et terrestre

Les étapes du voyage, le type de transport et le choix du transitaire

Le transport de votre voiture de son point d'origine à sa destination constitue sans doute le plus grand défi de l'aventure. Si vous êtes multimillionnaire et que vous venez d'acheter un cabriolet DS21 1966 Chapron de collection à 150 000 €, vous pourrez opter pour l'avion-cargo, ce qui vous coûtera la peau des... dents!

Soyons donc plus réalistes. Les déplacements de l'objet comprennent donc trois étapes qui peuvent être prises en charge par une ou plusieurs parties, transporteurs locaux (en France et au Canada) et transporteur maritime. Dans tous les cas, vous devrez avoir recours aux services d'un transitaire qui s'occupera des démarches portuaires.

Du lieu d'enlèvement au port d'embarquement

Vous devez ici considérer plusieurs facteurs. D'abord, que vous achetiez d'un particulier ou d'un professionnel, vous pouvez peut-être vous entendre avec le vendeur pour inclure dans l'entente qu'il roule la voiture jusqu'au lieu d'embarquement: Le Havre ou Marseille sont les principaux ports internationaux français. S'il refuse, ou si la voiture n'est pas roulante, vous n'aurez pas le choix d'utiliser les services d'un transporteur qui déplacera le véhicule sur plateau. Mes recherches ont démontré qu'il en coûte environ 1,00€ (1,50$) le kilomètre, ce qui est pas si mal si on calcule le prix de l'essence et le péage des autoroutes. Une autre option serait d'utiliser les services d'un tiers qui conduirait la voiture. Dans ce cas, vous devrez assurer le véhicule en France, ce qui peut s'avérer prohibitif.

Du port d'embarquement au port de destination

C'est ici qu'entre en scène le transitaire. C'est lui qui prendra la responsabilité de veiller à ce que votre nouvelle voiture monte à bord du cargo en France et en redescende en un seul morceau au Canada. Ici vous avez un choix à faire:

D'abord, le transitaire. Les bateaux sont gros, les marchandises sont déplacées en quantités astronomiques et les distances sont longues. Alors, si vous contactez un transitaire qui ne déborde pas d'enthousiasme à l'idée de s'occuper de votre « jouet », n'ayez crainte. Il semble que ce soit une attitude normale.... N'insistez pas non plus, vous perdriez votre temps. En fonction de ce que vous êtes apte à faire vous-même, vous pouvez contacter un transitaire ayant pignon sur rue au Canada ou à l'étranger. C'est selon. Les prix sont sensiblement les mêmes et dans quelques cas ils sont même mutuellement l'agent de l'autre outre-mer.

Si, comme moi, vous êtes un débutant dans la voiture de collection, n'hésitez pas à contacter un club local de propriétaire de voitures anciennes. Vous y trouverez les ressources et surtout les personnes qui sauront vous donner un coup de main. Après tout, ce sont des passionnés aussi!

Ensuite, le mode de transport maritime: le conteneur est de loin la manière la plus appropriée de faire venir votre voiture au Canada. Bien emballée, les risques de dommages sont minimisés. Par ailleurs, vous pouvez aussi mettre des pièces détachées dans le coffre ou dans la voiture sans voir augmenter les frais. Vous pouvez choisir le « groupage » qui consiste à mettre le véhicule dans un conteneur (de 40 pieds) en compagnie d'autre cargaison. Dans ce cas, les délais pourraient être plus longs parce que le transitaire devra veiller à remplir le conteneur. Vous pouvez opter pour un conteneur « privé », mais attendez-vous à une surprime. La première classe, ça se paie!

Si et seulement si la voiture est roulante, le « ro-ro » (ou « roll-in / roll-out ») qui consiste à « rouler » la voiture à bord d'un vaisseau conçu à cet effet, peut être envisageable. Toutefois, aucun objet ne peut être laissé dans la voiture et le réservoir d'essence ne doit être rempli qu'au quart de sa capacité. Le seul avantage, à mon avis, c'est le coût de beaucoup inférieur à la mise en conteneur parce qu'aucune préparation préalable n'est requise. Au Canada, seul deux ports sont aptes à recevoir des véhicules en ro-ro: Halifax et Vancouver. Il faut donc prendre en compte l'organisation et le coût d'un transport du port jusque chez soi.

Du port de destination jusqu'à votre lieu de résidence

Vous avez choisi de faire du ro-ro et vous habitez Halifax? Tant mieux pour vous. Vous habitez Montréal et le conteneur arrive au port? Prenez le métro et allez chercher votre DS. Si vous êtes résident français et que vous arrivez au Québec avec votre voiture, vous pourrez roulez avec la plaque française pour une période de 6 mois si vous étiez déjà propriétaire en France et que la voiture y est convenablement assurée. Si par contre vous n'êtes pas résident français, vous obtiendrez un Certificat d'immatriculation français de type export valable pour un mois à compter de sa date d'émission. Il sera donc échu à l'arrivée du véhicule, à moins d'un miracle... Donc, arrivée au Québec, vous pouvez obtenir une immatriculation temporaire (un « Transit », renouvelable une fois) pour déplacer votre voiture jusque chez vous ou un atelier mécanique. Si la voiture est roulante et que vous restez loin du port, évaluez votre niveau de tolérance au risque et votre goût de l'aventure. Il est sans doute inutile ici de vous faire un dessin: parcourir 100, 200 ou 300 kilomètres avec une voiture (d'occasion, faut-il le préciser...) comporte certains risques que vous ne voudrez peut-être pas prendre. Si vous choisissez le transport sur plateau, assurez-vous que le transporteur sait ce qu'il fait. Une DS doit être mise sur plateau en position haute et on doit protéger le carénage avant. À vous de juger!

Ce que j'ai choisi...

Parce que je ne suis pas à proximité d'un port, j'ai pris la peine de calculer, à mon compte, ce qu'il m'en coûterait selon les différentes options décrites ci haut:

  • Globalement - J'exclus d'emblée le ro-ro: je devrais me rendre à Halifax (plus de 1000 km de chez moi), soit avec un deuxième chauffeur, soit en train ou en autocar, pas de vol à partir de chez moi (je devrais me rendre à Montréal), ajouter à cela le temps requis pour me rendre au port et d'en revenir me qui me ferait perdre plusieurs jours de travail. Je pourrais aussi utiliser les services d'un transporteur routier, mais encore là rien à gagner. Au kilomètre parcourus, le transport routier coûte le triple du transport maritime, mise en conteneur et assurance comprises. De plus, la DS contient des pièces détachées qui n'ont pas été installées, impossible de laisser dans le véhicule si on fait du ro-ro.
  • En France - Utiliser les services d'un chauffeur pour amener la voiture au port, même si elle est roulante et, qu'à première vue, le coût total semble beaucoup plus bas, les frais d'assurance en France relèvent du tarif « touriste » et sont prohibitif. Donc, plateau...
  • Au Canada -En gros, je me retrouve sensiblement avec les mêmes contraintes. Le port le plus près de chez moi est Montréal. Pour m'y rendre pour chercher la voiture, ce serait encore le même scénario: déplacements interurbains, locaux (du port à la douane et vice-versa...), les frais de repas et, surtout, le temps requis.

Après des mois de réflexion, de nombreux courriels et téléphones, j'ai cherché et trouvé un transitaire qui m'a proposé un forfait « porte-à-porte » à un coût raisonnable.

  • Transport sur plateau sur le territoire Français
  • Mise en conteneur en groupage
  • Transport sur plateau une fois arrivée au Québec

Au risque de me répéter, peu importe la solution choisie, c'est pas donné! La France est loin du Québec. Vous avez donc intérêt à transporter autre chose qu'une épave, à moins qu'elle ait une valeur inestimable...

Enfin, quiétude assurée! Je ne le regrette pas.