L'histoire d'une
DS au Québec!

Les dossiers

Importer une voiture Française au Canada

Le transport, maritime et terrestre

La douane: les documents, les frais et les taxes

L'inspection mécanique et le certificat de conformité

L'assurance

L'immatriculation

Les pièces Citroën

 

L'assurance *

Trouver le juste milieu entre la tête et le coeur

Dès que votre bien touchera terre d'Amérique, il faudra l'assurer. Pour vous-même d'abord et aussi pour les autres.

Assurance temporaire

Avec son immatriculation Française « export », vous pouvez assurer votre DS pour une périoide de deux (2) semaines ou jusqu'à l'expiration de la carte grise, en vertu de la première échéance, c'est selon. Étant donné qu'il s'agit d'une assurance temporaire, elle sera délivrée selon les termes de la police que vous avez déjà sur votre voiture personnelle. Il s'agit d'un ajout, sans autre formalité qu'une surprime évidemment. Contactez votre assureur pour plus détails. Encore ici, il est peu probable que vous puissiez vous en prévaloir étant donné le délai de livraison. Ça fonctionnerait si vous sortiez de la France pour... la Belgique par exemple.

C'est sûr, votre DS est inestimable,... mais pas pour l'assureur!

Pour assurer les tôles de votre voiture qui a plus de 25 ans (ce qui est le cas ici), vous aurez aussi besoin d'une estimation de sa valeur, montant qui sera utilisé pour calculer correctement (eh! oui!) la TVQ (taxe de vente du Québec) initialement calculée lors de la délivrance de la plaque. Vous pouvez également obtenir une estimation d'un Centre d'estimation agréé du Groupement des assureurs automobiles du Québec. Dans plusieurs cas, les centres font les deux, inspection mécanique et évaluation pour l'assurance. Communiquer avec un club local de voitures anciennes est aussi une bonne avenue.

Comme dit mon courtier en assurances, la plus grande partie de la prime est calculée sur le risque et non sur la valeur du véhicule. Un petit exemple. Au Canada, les voitures les plus volées sont les Honda Civic 1999-2002 parce qu'elles sont convoitées (du moins en partie...) par les amateurs de tuning. Il vous en coûtera trois fois plus cher d'assurer votre Honda qu'une Volvo du même âge. Votre situation géographique entre en ligne de compte aussi. Si vous demeurez en banlieue sud de Montréal, ça coûtera aussi plus cher qu'à Montréal ou en province. Si vous utilisez la voiture pour vous rendre au travail, c'est plus cher. Vous avez un dossier de conduite vierge? C'est moins cher. Vous remisez votre voiture durant l'hiver (4 ou 5 mois)? C'est moins cher aussi. Évidemment, selon la valeur marchande de l'objet et en fonction du prix de l'âge, de la rareté et de l'état dans lequel il se trouve, le montant de la prime variera. Finalement, tous les assureurs ne sont pas nés égaux: le montant des primes peut varier entre 5 et 15%. Alors un peu de « shopping » est de rigueur. Parfois, les assureurs offriront des remises substantielles pour la deuxième ou la troisième voiture. Encore là, il faut fouiller et poser des questions.

Les choses à considérer

  • La valeur de votre acquistion peut changer a fil du temps. Votre voiture « viellit »? Sa valeur assurable peut changer avec le temps. Elle peut prendre de la valeur où en perdre à cause du marché, des restaurations
  • Où remisez-vous votre véhicule? Si, durant les longs mois d'hiver, vous remisez votre voiture dans votre garage privé, elle est généralement plus en sécurité que s'il s'agit d'un garage ou d'un entrepôt partagé. Par contre, dans ce dernier cas, votre assurance devra couvrir les dommages que vous pourriez causer aux « co-locataires ». Informez-vous soigneusement des clauses de remisage dans votre contrat d'assurance.

 

 

(*) Pour les lecteurs étrangers, notez qu'au Québec, les blessures et dommages corporels sont couverts pas le régime dit « sans faute » de la SAAQ et que seuls les dommages matériels relèvent des assureurs privés.